POUR QUI ?

 

Nourrissons

Ostéopathie pédiatrique
 

Pendant la vie intra-utérine, particulièrement en fin de grossesse, le fœtus va subir de nombreuses contraintes mécaniques et chimiques avec l’environnement maternel.Bon nombres de ces réactions sont nécessaires à la vie mais lorsqu’elles sont trop importantes ou maintenues un long moment, elles peuvent engendrer des déséquilibres sur la tonicité musculaire, la mobilité des articulations ou la cinétique du crâne du bébé. Ces déséquilibres peuvent mener à un toricoli congénital par exemple.

Lors de l’accouchement par voies naturelles, le crâne du bébé va subir des pressions considérables alors que son crâne est très malléable et n’est pas encore ossifié. Cette ossification se met en place progressivement et après 18 mois, les déformations installées commencent à devenir irréversibles. Le passage de la nuque lors de l’accouchement se fait en plusieurs étapes (rotation, flexion, extension) ce qui créé de nombreuses tensions au sein du rachis cervical.

Lors d’un accouchement par césarienne, le crâne du bébé ne subit aucune pression, ce qui est normalement important pour le modelage crânien et la mise en route du mécanisme crânien s’en trouve retardé.

 

Pourquoi ?

Accouchement : trop long (plus de 8 heures) ou trop court (moins de 2 heures), prématuré, par césarienne ou par siège, utilisation de forceps, spatules ou ventouses

Grossesse : gémellaire (multiple)

Comportement de bébé, troubles neuro-végétatif : pleurs fréquents, troubles du sommeil, troubles du comportement (hyper ou hypoactivité), respire fort, se cambre en arrière durant la tétée ou en le prenant dans les bras, est crispé (bras et/ou mains raides), sursaute au moindre bruit et montre de petits tremblements,

Tétée : est agité après la tétée, a du mal ou met beaucoup de temps à téter, difficultés de succion

Troubles digestifs : régurgitation, RGO (reflux gastro-œsophagien) et vomissement, coliques, ballonnements, constipation

Troubles musculo-squelettiques : a une mauvaise position et/ou une asymétrie des hanches, des membres inférieurs ou des pieds, a une asymétrie du crâne ou de la face, est atone et a du mal à tenir sa tête.

Plagiocéphalies : aplatissement du crâne du bébé du à son positionnement in utéro contre le cadre osseux de la maman, ou à la naissance instrumentalisée (forceps, ventouse,…) entretenu par un positionnement préférentiel : le bébé ne tourne la tête que d’un seul côté

Pathologies chroniques : troubles ORL (otites, rhinites, succion difficile, strabisme), troubles pulmonaires (bronchites, bronchiolites, asthme)

 

 

 

Enfants

Ostéopathie enfant

 

Bébé grandit et devient un enfant, son corps est en perpétuel changement (croissance, prise de poids, nouvelles acquisitions…) auquel il doit s’adapter. De nombreux facteurs extérieurs peuvent aussi perturber son équilibre général : succion du pouce, premières chutes, activités sportives, poids du cartable, mauvaise posture… Chez l’enfant en développement, des bilans ostéopathiques doivent être réalisés avant chaque période clé du développement de l’enfant :

3 mois : acquisition du maintient de la tête

6 mois : acquisition de la station assise

9 mois : acquisition de la station debout

12 mois : acquisition de la marche

Au delà de 12 mois et en dehors d'une demande particulière il est conseillé de réaliser des séances ostéopathiques à titre préventif 1 à 2 fois par an, pour la prévention de scoliose, les premières dents, premiers pas, premières chutes, activité sportive...

 

Pourquoi ?

Troubles du développement psychomoteur

Comportement : difficulté de concentration, hyperactivité, excité, irritable, stressé, trouble de l’humeur, troubles du sommeil, suce toujours son pouce

Système immunitaire : allergies, asthme

Maux de tête

Troubles digestifs : douleur abdominales, diarrhée, constipation, colique, reflux

Troubles musculo-squelettique : scoliose ou attitude scoliotique, douleur de dos

Pathologies chroniques : troubles ORL (otite, sinusite, rhinite, rhinopharyngite, conjonctivite, strabisme)

Traumatismes : après une mauvaise chute, entorse, fracture ou après une opération chirurgicale, accident de la circulation avec coup du lapin

 

 

 

Adolescents

Ostéopathie adolescents

Période de croissance importante, le corps des adolescents est soumis à de nombreuses sollicitations : sportive, scolaire, chutes, pose d’un appareil dentaire, de semelles orthopédiques, de lunettes, séance d’orthoptie, séance d’orthophonie, puberté (premières régles)…

Par exemple, lors d’un traitement orthodontique, les nouvelles contraintes appliquées au crâne par la modification de la forme des os de la mâchoire ont un impact sur l’ensemble du squelette. Des maux de tête, des maux de dos, vertiges, troubles visuels, difficultés de concentration, modification de l’humeur peuvent apparaitre. Pour aider le corps à emmagasiner ces nouvelles contraintes, il est nécessaire que le corps soit correctement mobile et favoriser ainsi la réussite du traitement et le confort. 

 

Pourquoi ?

Traitement orthodontique : les nouvelles contraintes appliquées au crâne par la modification de la forme des os de la mâchoire ont un impact sur l’ensemble du squelette. Pour aider le corps à emmagasiner ces nouvelles contraintes, il est nécessaire que le corps soit correctement mobile.

Gynécologique : règles douloureuses, cycles irréguliers

Traumatismes : après une chute, entorse, opération chirurgicale, accident de la circulation avec coup du lapin

 

 

 

Femmes enceintes

Avant la grossesse, une séance d’ostéopathie peut être conseillée afin de lever toutes contraintes tissulaires ou mécaniques notamment sur le bassin, qui pourrait être à la l’origine de douleur lors de la grossesse.

Pendant la grossesse, les changements morphologiques  qui se mettent en place entraînent des changements posturaux sur le corps dont l’élasticité globale est augmentée par les modifications hormonales. Certaines zones charnières peuvent alors se trouver affaiblies et provoquer des symptômes pendant la grossesse et aussi après l’accouchement. La plupart des médicaments étant proscrits ou fortement déconseillés lors de la grossesse, l’ostéopathie permet de soulager diverses douleurs naturellement et sans danger ni pour le bébé ni pour la maman.

En préparation à l’accouchement, l’ostéopathie permet de vérifier la bonne mobilité de la colonne lombaire et du bassin afin de facilité le passage du bébé. Un travail sur la mobilité du bassin et la bonne tonicité du plancher pelvien permettront de limiter les recours à l’épisiotomie. Travailler en parallèle la mobilité du diaphragme thoraco-abdominal et le diaphragme pelvien permet de favoriser leur mobilité synchrone lors des poussées.

En post-partum, 4 à 6 semaines  après l’accouchement (l’utérus aura repris sa taille normale), un travail ostéopathique permet de favoriser la récupération et de soulager les douleurs liées aux positions d’allaitement.

 

Pourquoi ?

Maux de tête

Neurologique : sciatalgie, cruralgie

Troubles digestif : nausées, vomissements, constipation,  brulure gastrique, reflux acide (RGO)

Troubles musculo-squelettiques : douleur durant l’allaitement, douleurs dorsales,  douleurs lombaires et coccygiennes, pubiennes

Gynéco-urinaire : infections urinaires, mycose, infertilité fonctionnelle

Circulatoire : jambes lourdes, sensation de pesanteur du petit bassin

Psychologique : déprime, Baby blues, stress, fatigue

Chocs et traumatismes

Troubles de la posture

 

 

 

Adultes

En prévention, un suivi ostéopathique une à deux fois par an permet au corps de maintenir ses capacités à s’autoréguler,  aide le patient à préserver toutes ses facultés de lutte contre les maladies. L’ostéopathe peut identifier certaines zones de faiblesse chez son patient qui pourrait être source de blessures ou de douleurs dans le futur. Des troubles physiques, émotionnels, certaines postures et port de charges adoptées lors des heures de travail et d’activités personnelles peuvent avoir laissées des contraintes importantes dans les tissus du patient, sans qu’il n’en ai conscience ni ne ressente encore de douleurs.

Lors de douleurs aigues ou chroniques, en cas d’absence de contre-indications médicales, l’ostéopathie permet de favoriser les systèmes d’auto guérisons , la bonne adaptation posturale du corps aux contraintes appliquées.

 

Pourquoi ?

Troubles musculo-squelettiques : cervicalgies, torticolis, dorsalgies, lombalgies, lumbago, douleurs intercostales, entorses, accident musculaire, tendinites (tennis-elbow, golf-elbow), périarthrite scapulo-humérale, douleurs thoraciques, maux de tête d’origine mécanique, conséquence de l’arthrose, scoliose

Névralgies : cervico-brachiale (douleur qui irradie des cervicales jusqu’aux mains), sciatique, crurale, syndrome du canal carpien, névralgie d’Arnold (douleur qui irradie de la base du crâne jusqu’à l’arrière de l’œil), névralgie faciale, névralgie inter-costale, maux de tête d’origine neurologique

Système neuro-végétatif : Etat d’hyper nervosité,  d’anxiété de troubles du sommeil (difficultés d’endormissement, réveils nocturnes, besoin de beaucoup d’heures de sommeil, sensation de sommeil non récupérateur), de stress, de fatigue et d’irritabilité

ORL : vertiges fonctionnels, préventions des inflammations des voies aériennes, otites, dysphonie fonctionnelle, prévention des sinusites et otites répétitives, acouphènes

Troubles de l’articulé dentaire : douleur de proche des oreilles, craquement mâchoire, malocclusion, sensation de crispation des mâchoires avec les dents serrées, pose de couronne, arrachement dentaire, traitement orthodontique

Système respiratoire : dysphrénie fonctionnelle, prévention des bronchites répétitives

Digestif : douleurs abdominales, constipation et/ou diarrhées chroniques, ballonnements, colites spasmodiques, dysphagie, reflux gastro-œsophagien, brûlures d’estomac, nausées, difficultés de digestion, dyspepsie, troubles hépatobiliaires, dysperistaltisme intestinal

Troubles génitaux-urinaire : congestion pelvienne, règles douloureuses (dysménorrhées fonctionnelles), douleurs lors des rapports sexuels (dyspareunies mécaniques), prostatites, certaines incontinence, dysurie, préventions des infections urinaires

Séquelles de traumatisme : entorses (chevilles, genoux, poignets), fractures, accident de la voies publiques (conséquence de coup du lapin), chutes et de choc (coccyx, épaule, crâne), travail post-chirurgical après cicatrisation

 

 

 

Seniors

Avec l’âge, les capacités de mobilités se réduisent et sont des facteurs d’instabilité et de chutes. L’ostéopathie permet de conserver un maximum d’autonomie permet de rétablir un équilibre postural, la tonicité musculaire, la vitalité en agissant sur la mobilité des tissus.

 

 

 

Sportifs

Les traumatismes liés aux sports peuvent aller de la douleur musculaire à la déchirure, de l’entorse à la fracture. Après avis médical, l’ostéopathie est une thérapie complémentaire au traitement médical, chirurgical, kinésithérapique afin d’optimiser le rétablissement.Selon le sport pratiqué, différentes parties du corps sont mises à rude épreuve :

Football : cheville, genoux, hanches

Basketball, Handball : poignet

Rugby, Hockey : toutes les parties du corps

Golf : dos, épaules, cou

Vélo : dos, genoux

Danse : l’ensemble du corps

Surf : dos, épaules, cou

Sports de raquettes : troubles liés à l’asymétrie

Voile : dos, épaules

Sport de neige : traumatismes liés aux chutes, genoux en ski et troubles liés à l’asymétrie en snowboard

 

 

 

QUAND CONSULTER ?

Il n’est jamais trop tard pour un premier bilan ostéopathique. Il est préférable de ne pas attendre que le problème devienne chronique avant de consulter un ostéopathe. Les douleurs peuvent être apparue à la suite s’une sollicitation physique bénigne, il est alors plus facile pour l’ostéopathe de lever les blocages avant qu’ils ne s’installent durablement et nécessitent un traitement sur plusieurs séances. Une séance est conseillée après une chute (sport, accident domestique ou du travail, après un mouvement brusque qui reste douloureux). Il est également conseillé de prendre rendez-vous avant des journées de moindres activités afin de favoriser le rétablissement.

 

 

QUI CONSULTER ?

L’ostéopathe est un professionnel de santé qui diagnostic et traite de nombreuses affections douloureuses ou non. Son art repose sur une connaissance approfondie de la physiologie, de l’anatomie et de la pathologie. Ses mains sont le prolongement de ses connaissances et l’expression de sa compétence. Elles contribuent à un bon équilibre en restaurant la mobilité par des gestes spécifiques. Son action préventive et curative soulage de nombreux patients depuis le 19ème siècle.

Une formation spécifique d’au moins cinq ans d’études supérieures validées par diplôme d’Ostéopathe (Ostéopathe D.O.) et un exercice exclusif du métier sont des gages de confiance.

Il faut savoir distinguer les ostéopathes exclusifs (qui ne pratiquent que l’ostéopathie),  les médecins et kinésithérapeutes ostéopathes (qui peuvent exercer les deux professions dans des rendez-vous bien distincts), les chiropracteurs (qui ont une approche et une conception différente).